Turquie

14 juin 2018 11:51; Act: 14.06.2018 12:09 Print

Erdogan appelle les Turcs de Suisse à voter pour lui

par Christine Talos - A 10 jours des élections présidentielle et législatives, le président turc a envoyé une lettre à tous ses compatriotes à l'étranger. Il y admet qu'il promeut l'islam. Ce pourrait être un faux.

storybild

Edogan brigue un nouveau mandat le 24 juin. (Photo: Keystone)

Une faute?

Le 24 juin, les Turcs doivent se rendre aux urnes pour des élections présidentielles et législatives. Le président Recep Tayyip Erdogan va briguer un nouveau mandat. Et ses opposants à l'étranger fulminent: alors qu'il est interdit de campagne dans certains pays, il a envoyé à ses compatriotes une lettre dans laquelle il les appelle à voter pour lui non seulement en tant que président mais aussi en tant que chef du parti AKP. «Il en va de l'avenir de la Turquie», écrit-il.

Selon le Blick jeudi, la lettre a été distribuée en Autriche à grande échelle, y compris dans les écoles, dans le but d'être transmise aux élèves. Un politicien haut placé là-bas parle d'un scandale incompréhensible, estimant qu'Erdogan considérait probablement son pays comme une province turque.

Propagande admise

Ce qui fait tiquer les opposants au dirigeant turc, c'est une petite phrase de la lettre où Erdogan admet clairement qu'il promeut activement la diffusion de l'islam: «Nous avons envoyé des milliers d'enseignants et d'érudits religieux à l'étranger pour permettre à nos enfants d'apprendre leur langue maternelle, leur religion et leur culture», écrit-il.

Hic: le chef de l'Etat autrichien, Sebastian Kurz, veut justement empêcher ce mélange de politique et de religion ainsi que l'émergence de sociétés parallèles. Il a d'ailleurs annoncé qu'il allait fermer des mosquées et expulser des imams financés par l'étranger.

Les ressortissants turcs en Suisse ont eux aussi reçu cette lettre. Et un opposant à Erdogan se fâche: «C'est d'une insolence crasse», estime-t-il. «Erdogan est nerveux et joue la carte de l'islamophobie pour gagner des électeurs indécis», analyse-t-il.

Un faux?

Mais cette lettre suscite des doutes et certains estiment qu'il pourrait s'agir d'un faux. Le ministre autrichien de l'éducation Heinz Fassmann, sceptique lui aussi, a indiqué qu'il allait vérifier la missive. Coté suisse, le Blick a interrogé l'ambassade turque qui n'a pas répondu à ses questions. Mais un Turc installé dans notre pays la juge tout à fait plausible. «Ce n'est pas la première fois qu'une telle lettre est envoyée», confie-t-il.

Pour rappel, un scandale avait déjà concerné Erdogan en Suisse ce printemps. On avait en effet appris que des enfants d'origine turque et scolarisés dans le canton de Thurgovie avait rejoué le temps d'une pièce de théâtre la célèbre bataille de Gallipoli en glorifiant l'empire ottoman. Ceci dans le cadre de cours LCO -cours de langue et de culture d'origine, financés par l'ambassade turque. Berne et de nombreux politiciens s'en étaient émus, estimant qu'il s'agissait là d'une tentative de propagande de la part d'Ankara.

(nxp)