France

13 mars 2018 12:44; Act: 13.03.2018 15:28 Print

A 19 ans, elle meurt des suites d'une otite

Une jeune étudiante française a contracté une otite, en février. Des complications lui ont coûté la vie.

storybild

Il existe deux types d'otite. (Photo d'illustration) (Photo: Keystone)

Une faute?

Quel parent n'a pas eu à traiter son enfant pour une otite? Mais si cette affection est la plupart du temps banale, elle peut aussi entraîner, dans de rares cas, des complications graves, voire mortelles. C'est ce qui est arrivé à Leana, une étudiante de 19 ans, décédée le 23 février dans un établissement hospitalier de Lyon, en France.

Au début du mois, la jeune femme consulte les urgences pour une otite avec de la fièvre. Elle repart avec des antibiotiques et des antalgiques. Le 12, elle retourne aux urgences, car son état ne s'est pas amélioré et qu'elle vomit. Rien de grave n'est découvert et elle rentre une nouvelle fois chez elle. Le 21, dans le coma, elle est transportée aux urgences. Elle y décédera deux jours plus tard. L'autopsie révélera un abcès cérébral. En France, seule 1 personne sur 10'000 est touchée par ce type d'abcès.

Deux types d'otite

Le Parisien a voulu comprendre et a interrogé un spécialiste ORL, mardi. Celui-ci explique tout d'abord que le cas de Leana est «un cas très rare», précisant qu'elle est décédée des suites de complications dues à l'otite elle-même, qui crée «une brèche, une porte d'entrée, et génère un foyer infectieux». Et d'ajouter: «L'abcès cérébral crée une poche de pus dans le cerveau et empêche les antibiotiques de faire leur travail».

Il existe deux types d'otite, rappelle encore le spécialiste. L'otite moyenne aiguë, qui touche la plupart du temps les enfants, et les otites séreuses, qui atteignent plus souvent les adultes.

(nxp)