Genève

26 septembre 2017 21:13; Act: 26.09.2017 21:13 Print

Horaires plus arrangeants pour Passeport-Vacances?

par David Ramseyer - L'offre de loisirs pour jeunes planche sur une nouvelle organisation. Objectif: éviter aux parents d'aller chercher leur rejeton en pleine journée.

storybild

(Photo: Wavebreakmedia)

Sur ce sujet
Une faute?

Pour les nombreux couples où Madame et Monsieur travaillent, c'est un casse-tête: pas évident d'emmener son enfant à 10h à l'autre bout du canton pour faire du beach-volley, ou le récupérer à 16h dans une ferme en rase campagne. C'est pourtant l'équation que doivent souvent résoudre les familles dont la progéniture participe aux activités de Passeport-Vacances, organisées par Pro Juventute sur mandat du Canton. La fondation envisage désormais une prise en charge des participants durant toute la journée, comme le demandent beaucoup de parents. «C'est notre priorité pour l'an prochain», confirme sa directrice Sophie Buchs.

Recherche de fonds

Le projet a un coût, notamment pour renforcer l'encadrement. Subventionné par l'Etat à hauteur de 91'000 fr. annuels, le programme d'activités estivales cherche à doubler cette somme en démarchant des partenaires privés et des fondations. «Les premiers retours sont positifs, assure Pro Juventute. Il y a un vrai intérêt et un attachement fort à Passeport-Vacances.» Il n'est pas non plus exclu que le prix du sésame, soit 60 fr. par enfant pour deux semaines, soit augmenté.

Autre envie pour l'édition 2018: proposer plus d'activités liées à des métiers techniques (horlogerie, électricité, etc.) et à la cuisine. «En juillet dernier, la demande a été très forte pour les ateliers de boulangerie ou dans des restaurants, indique Sophie Buchs. Nous cherchons donc de nouveaux établissements susceptibles d'accueillir des 10-15 ans.»

En juillet seulement

La prolongation des activités en août, comme c'était le cas jadis, n'est pas pour tout de suite, avoue Pro Juventute. La fondation, qui juge «très positif» le bilan de la cuvée 2017, a repris la gestion de Passeport-Vacances cette année. Elle devrait se retrouver à la barre de la prochaine édition. «A ce stade, il n'y a aucun signal défavorable», confirme le Département de l’instruction publique. Ce dernier pourrait prendre position officiellement le mois prochain.